Sa vision de son art

Lors d’une entrevue avec monsieur  Jean-Gilles Gagnon, elle explique sa vision de peintre et de son art. Cet extrait est tiré du livre Artistes du Saguenay-Lac-St-Jean, paru en 1978.[1]

« De toutes mes périodes, la plus importante fut l’impressionniste. Ensuite, a suivi, dans les années 1966-67, celle des sombres de gris. Un peu plus tard, le rouge donne du mouvement à un fond de toile blanc. C’est à ce moment que Michel Champagne a remarqué mes œuvres. Après cette dernière étape vraiment abstraite, j’ai peint encore d’une façon floue, avec des filets blancs. Et tranquillement, j’ai repris la figuration.

Mes tableaux se situent dans l’abstrait parce qu’ils esquissent les formes naissantes d’un sujet, sans nous l’imposer. Bouche, nez ou yeux ne sont pas essentiels à la représentation d’un visage. La lumière vient de l’intérieur, là où j’essaie d’exprimer le sens des choses.

Remplie de symboles, les lignes que je trace se situent dans l’espace. Cet espace, c’est l’évasion; ces lignes, la restriction. Et toute cette superposition doit être subtile pour en arriver à des effets de transparence.

Dans toute œuvre, il y a l’évolution de la pensée et l’évolution du dessin. Ainsi la composition est donc réussie, lorsque ces derniers ont progressé simultanément. Plus simplement : la composition, c’est l’équilibre des formes et des couleurs. »

 

 

[1] Gagnon, Jean-Gilles. Artistes du Saguenay-Lac-St-Jean, Le Centre de documentation, Musée du Québec, 1978, p.55.

WWW.henriettelacroixartistepeintre.com